logo-volte-face
Une intervenante au bout du fil
(SOS violence conjugale) 


Des services confidentiels et gratuits
24h/jour  7 jours/semaine

Suis-je victime de violence conjugale?

Si vous vous reconnaissez dans l'une de ces descriptions, et même si ce n'est que dans «une» de ces descriptions, nous vous invitons à prendre contact avec l'une de nos intervenantes pour en discuter et mettre œuvre des solutions.

 Contacter une intervenante

1. Mon conjoint me donne l'impression que je fais toujours tout de travers. Il n'aime pas ma façon de cuisiner, de nettoyer, de m'habiller, de faire l'amour, de me comporter en public, etc.

Votre conjoint est la personne la plus proche de vous qui devrait vous admirer pour vos qualités et vos forces, et qui devrait vous faire sentir compétente dans ce que vous entreprenez. Si parfois vous vous sentez dénigrée, ou rabaissée par les propos de votre conjoint, il y a là un signe que quelque chose ne va pas.

2. Souvent, je me sens stressée de vivre avec mon conjoint parce que je ne sais jamais ce qui va déclencher sa colère. (exemples : si j'arrive en retard, si je ne réponds pas à une demande, etc.)

La colère peut être une émotion saine lorsqu'elle est sans jugement sur autrui. Par contre, vous êtes probablement confrontée à une colère malsaine et à de la violence psychologique si vous avez le sentiment de marcher sur des œufs, que vous modifiez votre façon d'agir ou de communiquer avec lui par peur de ses réactions.

3. Mon conjoint n'aime pas que je sorte de la maison car il dit « s'inquiéter » à mon sujet.

Être libre est un droit fondamental pour tout être humain, homme ou femme. Être confinée dans votre demeure sous prétexte que si vous en sortez votre conjoint s'inquiétera pour vous, n'est pas une raison valable ni une preuve d'amour. C'est sans aucun doute une manière de vous isoler et de maintenir un rapport de pouvoir sur vous. Vous devriez être libre de vos allées et venues.

4. Il fait tout en son possible pour éviter que je fasse de nouvelles connaissances

Dans une relation de couple saine et harmonieuse, la confiance en l'autre est primordiale. Lorsque l'autre manifeste de la jalousie excessive, du contrôle sur votre liberté d'agir et de parler à d'autres personnes, c'est qu'il y a là certainement un rapport non égalitaire entre vous et votre conjoint.

5. Lorsque je reviens à la maison ou que je viens de parler au téléphone, il me fait subir un interrogatoire pour savoir tout ce qui s'est passé et ce qui s'est dit.

Dans une relation de couple où il y un rapport égalitaire, il est tout à fait justifié de s'intéresser à l'autre en s'informant du déroulement de sa journée. Cependant, lorsque vous avez l'impression que l'on vous fait subir un interrogatoire et que vous n'êtes pas libre d'être spontanée dans vos réponses, c'est sans doute que l'autre tente de vous contrôler.

6. Il m'empêche de travailler ou m'oblige à travailler

La liberté de choix et d'action est une valeur fondamentale dans la société d'aujourd'hui et cela vaut autant pour une femme que pour un homme. Tout individu a pleinement droit à son autonomie financière et à occuper l'emploi de son choix. Lorsque votre conjoint vous oblige à répondre à ses désirs tels que de travailler ou non, il y a là clairement du contrôle économique et certainement un rapport de force.

7. Tous nos prêts bancaires et nos cartes de crédit sont à mon nom, et tous nos biens communs sont au nom de mon conjoint

En général, lorsque l'on choisit de faire vie commune, il est important d'avoir des ententes équitables concernant le paiement des comptes et la possession des biens communs. Cela doit être établi d'un commun accord en tenant compte des réalités financières de chacun. Dans cet exemple, il est clair que le conjoint jouit de tous les avantages financiers et que madame, au contraire, s'embourbe financièrement. Il y a là iniquité et contrôle économique.

8. Il me bouscule, me pousse, me frappe, m'inflige des fractures, des brûlures, me serre le bras, me tire les cheveux, me crache dessus

Souvent, la violence physique est utilisée lorsque les autres types d'agressions ont échoué dans le maintien du rapport de domination. La violence physique (voie de fait, voie de faits grave, tentative de meurtre, meurtre.) est considérée aux yeux de la loi comme un acte criminel et passible d'une peine d'emprisonnement. Si vous vivez cette situation, vous avez le droit de porter plainte. Si vous n'envisagez pas cette possibilité, protégez-vous. Parlez-en à quelqu'un en qui vous avez vraiment confiance ou communiquez avec S.O.S Violence Conjugale au 1-800-363-9010.


9. Il lance des objets, il fait des trous dans les murs et il détruit mes effets personnels

Maintenir l'autre dans la peur par des actes de violence, comme la destruction d'objets que vous aimez ou qui vous appartiennent, démontre qu'il veut vous maintenir dans un rapport de domination. Même s'il ne vous a pas touchée, ces gestes sont de la violence physique.

10. Mon conjoint insiste pour faire avec moi des actes sexuels qui me rendent mal à l'aise ou dont je n'ai pas du tout envie

Faire l'amour avec son partenaire de vie est un moment privilégié où deux individus communiquent leur amour dans le respect. Si votre conjoint insiste et passe à l'acte malgré lui avoir exprimé vos malaises ou votre refus, cela est un de manque de respect. On peut parler alors de contrôle, d'agression sexuelle ou même d'un viol.

11. Il dénigre mon physique et mes habiletés sexuelles

La violence sexuelle vise à réduire la victime à l'état d'objet sexuel. Elle peut prendre différentes formes : agressions sexuelles, abus sexuel, viol, mais également dénigrements, insultes, obligation de regarder du matériel pornographique, etc. Plusieurs croient encore aujourd'hui que la femme doit remplir un « devoir conjugal ». Une femme n'est pas obligée d'avoir des relations sexuelles si elle n'en a pas envie, même avec son conjoint, mariée ou non.

Note : Nous reconnaissons que la violence conjugale existe également dans les relations de couple de même sexe. Le genre masculin est utilisé pour alléger le texte, sans discrimination.