logo-volte-face
Une intervenante au bout du fil
(SOS violence conjugale) 


Des services confidentiels et gratuits
24h/jour  7 jours/semaine

Les formes de violence

Violence verbale

La violence verbale s'entend sur plusieurs tons: crier, hurler, menacer, donner des ordres, injurier, utiliser les sarcasmes, le chantage et aussi chuchoter, prendre un ton de voix inhabituel...

La femme victime de violence conjugale aura sans doute appris à reconnaître la menace se cachant derrière les répliques de son conjoint ou le ton qu'il utilise. Elle se conformera à ses exigences pour éviter qu'il mette ses menaces à exécution.

Violence psychologique

La violence psychologique peut être difficile à reconnaître. Elle ne laisse aucune trace sur le corps et elle se manifeste souvent de façon subtile. Elle ruine l'estime personnelle et amène la femme à se sentir confuse et à douter d'elle-même.

La violence psychologique est une série d'attitudes et de propos méprisants, humiliants.

Elle s'exprime de diverses façons : critiques, blâmes, bouderies, indifférence, silences, dénigrement, etc.

Cette forme de violence maintient souvent la femme dans sa croyance qu'elle ne vaut rien, que tout est de sa faute, qu'elle ne fait rien correctement. Lentement, elle en viendra à se sentir impuissante et incompétente.

Violence sexuelle

De tous les maux dont elles sont victimes, c'est la violence sexuelle que les femmes violentées reconnaissent et admettent le moins facilement. Cela s'explique sans doute parce qu'elle ébranle les fondations mêmes des relations hommes-femmes. Se faire violer, par exemple, atteint très profondément l'intégrité de la femme.

Quelles formes peut prendre cette violence? L'homme force sa compagne à avoir des rapports sexuels avec lui ou avec d'autres personnes. Il peut aussi l'obliger à avoir des relations à plusieurs. Pendant le rapport sexuel, et malgré les refus de la femme, il l'attache, lui mord les seins, la pénètre par l'anus, tout en l'injuriant, etc. Il peut l'obliger à prendre des positions qu'elle ne désire pas. Il dénigre son physique et ses habiletés sexuelles, il l'oblige à porter certains vêtements ou des accessoires. Parfois, il la force même à se prostituer.

Violence physique

C'est la plus connue et la plus facile à reconnaître. Quand elle se manifeste, la violence psychologique est généralement déjà présente dans la relation de couple.

La violence physique s'exprime de différentes façons : bousculer, pousser, serrer les bras, tirer les cheveux, lancer des objets, menacer avec une arme, infliger des brûlures et des fractures, gifler, donner des coups de poing, des coups de pied au ventre malgré une grossesse, pousser dans les escaliers, conduire dangereusement l'automobile, etc.

Violence économique

La violence économique se produit lorsque le partenaire défend à la femme de travailler, ou l'oblige à travailler pour bénéficier d'un meilleur revenu familial, ou encore lorsque celui-ci pose des entraves sur le plan des études. La femme peut être aussi tenue dans l'ignorance du revenu familial alors que le partenaire gère le budget selon ses besoins ou ses envies. Il peut limiter à l'extrême les dépenses pour l'alimentation et les vêtements, ou encore contrôler les loisirs de chacun. Il peut refuser à la femme tout accès à des ressources financières ou bien l'exploiter sur le plan financier en ayant tous les biens familiaux à son nom, et les factures, au nom de la femme.

La dépendance financière constitue souvent un important handicap à l'autonomie de la femme. La peur de se retrouver sans ressources pour subvenir à ses besoins peut être vue comme un frein à la décision de quitter le conjoint.

Violence sociale

Il y a violence sociale lorsque le contrôle exercé par le conjoint vise ultimement l'isolement de la femme de toutes influences extérieures. Cela se traduit par divers moyens :

  • Rabaisser constamment les personnes importantes pour elle
  • Critiquer sans cesse son emploi, son milieu de travail et ses collègues
  • Dénigrer ses passe-temps, ses activités et les sports qu'elle pratique
  • Interdire de recevoir de la visite, de parler à ses amis-es ou de les voir
  • Interdire de contacter sa famille
  • Déménager dans un endroit isolé ou loin de ses proches
  • Contrôler ses courriels, ses appels téléphoniques et les sites de réseaux sociaux
  • Rendre mal à l'aise les invités-es de sa conjointe pour qu'ils ne reviennent plus, etc.
Note : Nous reconnaissons que la violence conjugale existe également dans les relations de couple de même sexe. Le genre masculin est utilisé pour alléger le texte, sans discrimination.