logo-volte-face
Une intervenante au bout du fil
(SOS violence conjugale) 


Des services confidentiels et gratuits
24h/jour  7 jours/semaine

Comment réagir en tant que proche?

Il est important de dénoncer la violence conjugale.

Si vous êtes témoin de violence conjugale et que vous craignez pour la sécurité de la victime, contacter les policiers peut faire toute la différence.


Vous avez un rôle à jouer

  • Ne pas réagir face à des gestes de violence peut envoyer le message à l'agresseur qu'il peut continuer en toute légitimité.
  • Ne rien faire maintient la victime dans l'impuissance. De ce fait, elle pourrait sentir qu'elle n'a pas le soutien des autres, et qu'elle devra se débrouiller toute seule.

Réagir en tant que proche de la victime

  • Tentez de comprendre ses peurs, ses doutes, sa culpabilité ou sa honte. Évitez de la blâmer ou de la juger. 
  • Rompez son isolement et maintenez un lien avec elle, même si l'agresseur fait tout pour l'isoler.
  • Ouvrez le dialogue sur les perceptions qu'elle a de la situation et ne parlez jamais contre l'agresseur.
  • Restez centré sur elle, sans jamais prendre de décision à sa place.
  • Informez-la et aidez-la à trouver des ressources.

Réagir en tant que proche de l'agresseur

    • Affirmez que la violence est inadmissible et inacceptable: personne ne mérite d'en subir.
    • Rejetez toute forme de justifications de la violence.
    • Informez l'agresseur des ressources existantes.

À éviter

 

    • Évitez de réagir à la violence conjugale comme si c'était une chicane de couple. Devant une situation de violence conjugale, il n'est pas recommandé de proposer de suivre une forme quelconque de thérapie. Encourager le couple à discuter de la situation peut donner des munitions à l'agresseur pour les prochaines agressions telles que révéler ce qui fait peur à la victime.
    • Évitez de confondre l'agresseur avec la victime. Cela pourrait la coincer dans une situation d'impuissance et elle pourrait être tenue responsable de l'agression. Dans un tel cas, cela pourrait renforcer la croyance de l'agresseur qu'il est au-dessus des lois.
Note : Nous reconnaissons que la violence conjugale existe également dans les relations de couple de même sexe. Le genre masculin est utilisé pour alléger le texte, sans discrimination.